Nos partenaires

La création de l’ÉIAS ne saurait être possible sans l’engagement de l’Université de Montréal, de ses facultés et de ses écoles. Le CHUM collaborera d’abord de manière plus étroite avec la Faculté des arts et sciences de l’Université de Montréal et Mosaic HEC, le pôle multidisciplinaire de formation et de recherche d’HEC Montréal spécialisé en management de l’innovation et de la créativité. Des professeurs titulaires, mais également des étudiants, contribueront notamment au développement du contenu des activités de l’École. L’ÉIAS pourra finalement compter sur l’appui de plusieurs autres partenaires institutionnels et privés.

Vous souhaitez devenir partenaires? Contactez-nous : ecole.ia.chum@ssss.gouv.qc.ca

Annonces officielles

Médicaments Novateurs Canada et Servier Canada annoncent une bourse d'études à l'école de l'intelligence artificielle en santé du CHUM

Montréal, le 21 novembre 2019

Médicaments novateurs Canada (MNC) et Servier Canada ont annoncé aujourd’hui l’octroi d’une bourse d’études de 50 000 $ à l’École de l’intelligence artificielle en santé (ÉIAS) du Centre hospitalier de l’Université de Montréal via la Fondation du CHUM. MNC a financé la somme de 25 000 $ pour l’école en l’honneur du président sortant du Conseil d’administration et du chef de la direction de Servier Canada, Frédéric Fasano. Outre le financement de MNC, Servier Canada a promis une contribution équivalente de 25 000 $.

Intelligence artificielle : le conseil interprofessionnel multiplie ses démarches



Montréal, le 2 décembre 2019

Le Conseil interprofessionnel du Québec (CIQ), le regroupement des 46 ordres professionnels de la province, s’est allié le 18 octobre dernier à l’École de l’intelligence artificielle en santé (ÉIAS) du CHUM. L’intérêt du CIQ pour les enjeux technologiques ne date pas d’hier : il a déjà signé la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle (IA), rejoint l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’IA et du numérique (OBVIA) et tenu un congrès abordant ces défis.

« Pour le CIQ, établir un partenariat avec l’ÉIAS était une évidence : les répercussions de l’IA seront nombreuses pour les 225 000 professionnels et 29 ordres professionnels œuvrant dans le secteur de la santé et des relations humaines. D’abord, leurs activités cliniques seront appelées à évoluer, voire déjà redéfinies avec l’IA comme outil d’aide à la prise de décision. Par contre, cela suscite d’importantes réflexions sur le plan éthique, notamment sur l’accès aux données médicales facilité par cette technologie », déclare Mme Gyslaine Desrosiers, présidente du CIQ.

« Nous sommes heureux de cette collaboration et tenons à souligner la proactivité du CIQ dans sa volonté de soutenir leurs membres dans l’appropriation de l’IA. Ce partenariat sera bénéfique à la fois pour l’ÉIAS et l’ensemble des membres du CIQ en permettant de générer et partager les savoirs à un plus grand nombre de professionnels de la santé. Ce sont les patients et la population du Québec qui profiteront le plus du développement des professionnels liés à cette innovation qu’est l’IA », souligne Nathalie Beaulieu, directrice de l’École de l’intelligence artificielle en santé.

Devenir partenaires de cette nouvelle école au CHUM nous permet de contribuer positivement à la transformation du milieu de la santé, là où l’intelligence artificielle a le potentiel d’améliorer grandement notre qualité de vie.

LOUISE BÉLIVEAU

VICE-RECTRICE AUX AFFAIRES ÉTUDIANTES ET AUX ÉTUDES DE L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL